jeudi 24 décembre 2009

Christmas Letter 2009

Voici notre Lettre de Noël 2009 pour les membres de l'association, les amis et la famille. En anglais !

The year started with Chris breaking his ankle while asking Oryx to lie down, Jake and Marthe leaving him to cope with the farm with the help of the students while they visited Botswana and South Africa to investigate the possibility of interest in an international academy to teach the science of animal handling and teaching. We had written the first draft of a text book to be critically assessed by those handling elephants. While in Maun, Jake took part in a fun ridden cross country event, galloping through the water-lily strewn Okavongo river, and jumping over tables laid for smart safari dinners. He was lent a delightful pony, and won! There was some interest in the academy in Botswana, and we ran a workshop for people with horses which was fun, re-established our previous contacts , gave some riding lessons. Although Botswana is a quite delightful country, and would be very suitable for the academy, strong interest was at that time lacking.

A trip to the Cape in South Africa established closer links with the Knysna Elephant Paark, and there is a very real possibility that we may be able to cooperate with them in it’s establishment, something that is particularly relevant at present in South Africa with much opposition to captive animals on the grounds of causing cruelty. We visited KEP new nature reserve & farm right next to the sea where around 15 problem elephants are presently living.

Chris’s leg was bad all summer, and scuppered any ideas of long distance competitive rides, but he managed to keep driving the tractor until it went into deep decline from July to September when the summer hols were over, and the French mechanics start work again! This meant we lost the autumn cultivations which has in some ways put the farm back a year, but now the tractor is back and working at last.

The spring was slightly late, but the vegetables, (other than potatoes and onions) have done well, with several 100kg of carrots for the winter. ( visions of endless carrot soups and cakes!). A total of 56 varieties of fruit and vegetables have been grown and harvested during the year which can’t be bad, and we have a large range of jams, jellies, chutneys and other preserves for sale and consumption. Many of the fruit trees produced for the first time this year, with particularly delicious apricots, and peche de vigne.

The improved grass and lucerne is gradually coming, we still need to feed the soil more and pick the patches for improvement carefully, but we managed to make about 1/3rd of our needed hay this year. 2010 was planned to be the first year to plant and harvest wheat and oats for human consumption but with sick tractors, we have only managed a small area of naked oats. However we are feeling more confident that we will be able to complete the tenets of ecological agriculture in the next few years by becoming completely self-sustaining in human and animal fodder.

We sold some of the cattle which we considered were not up to standard, and intend in the next while to bring some really good South Devon heifers over and return to a pedigree herd of South Devons. Some of the sheep have gone walk about in the mountains, and again we intend to bring over a Suffolk ram when we have all the paper work and get a few high quality wool and meat sheep.

It was a very pleasant if hot summer, with a stream of wwoofers from all over the world, and 2 horse students, Jorinda from Holland and Delphine from Switzerland. They have recently completed their exams and gone on to other things, having we hope, learnt much from the Druimghigha horses. Jake has been helping on the farm, redoing the rooms, even putting in water borne WC’s, constructing buildings and fences, and had his first spring and autumn of Horse Riding Holidays, and articles in various newspapers. All seem to have been appreciative of the horses, the rides, the lessons, and the cooking of food from the farm, let us hope it now grows, do tell your friends and look at his website

Primarily, this has been the year of the puppies. Kaz and Bear had a litter, of which 2 were saved in February and have grown up to be half spaniels, half kelpie/collies/Alsatians. The interesting thing is that they can use both their noses and their sight when working. Kongo is to be given to Sam ( he had a false trip to Calais, and was not allowed across the channel in July, resulting in Marthe traveling to Calais and back with him in one day on the TGV, hopefully he will make it to Suffolk in January). He is to be a retriever, working in wetlands, and woods. Aged 7 months he is very enthusiastic, and has learnt basic retrieving skills. Kananga stays with Jake and is supposed to become a truffle hunting dog, he retrieves some truffle paste at the moment, but there is further to go. They have been a delightful enthusiastic, bright, playful, demanding, lunatic pair as only puppies can be.

On the horse front, no foals this year, but Lantana (2) is now being driven and ridden over short distances, and so far has been a very willing, and easy pupil. Shindy and Lilka did a 20km ride, the only one we managed to fit in, and came first and second, even though Jake and Marthe managed to stop and stuff themselves with ripe peaches in one of the orchards that we passed! Shemal is pregnant to Oryx again, and their son Shimoni (4) has done some fitness training and is ready now to take the world by storm. Shemal and Obi are now doing all the movements of Grand Prix (except 1 x changes which Obi does while throwing his head about, and Shemal has not tried yet), and the indoor manege has proved a great asset with daily teaching right through the winter, although it was good to get out into the bigger outdoor manege in the summer.

So the farm is gradually beginning to achieve what we hoped it would. It is now a registered Organic Holding, and things are indeed growing. Financially, we are just covering running costs (with the help of subsidies), but still have some capital investments to make, particularly another lean to barn for the cattle and sheep, and an observation room for the wildlife on the cliffs, particularly the Chamois.

A very happy Christmas to all our family associates, friends, and well wishers and do come and visit and see for yourselves how things are going.
All at La Combe. 2 and 4 legged.

mercredi 7 janvier 2009

Conseil en Comportement et Bien-être des animaux

Conseil en Comportement et Bien-être des animaux /

Consultancy on Animal Behaviour Problems and Animal Welfare

The Centre runs clinics, workshops and a consultancy to help people with behavioural problems of their companion animals, horses, farm or wild animals.

We give advise on how, (given the particular facilities,) an improve quality of life and welfare of domestic and captive animals can be achieved. We work for governments, private individuals, zoos, circuses, national parks, nature reserves, farmers and NGO’s all over the world and published widely (c.v’s & list publications).

The principle advisor is Dr. M.Kiley-Worthington (B.Sc.D.Phil. M.Phil. BHSAI, Fellow Girton College Cambridge) who has spent her professional life researching the behavioural problems & welfare of mammals, and is one a well known and experienced Animal Behaviour Consultant world, wide with over 30 years experience. In the case of a particular behavioural problem, it is first established that the problem is not due to a physical disease by,if necessary, calling in a veterinary surgeon. A personal consultation by visit or via telephone/email is then arranged. A written report will be submitted if requested.

Livres & Articles

Livres en Anglais

par le Dr. Marthe Kiley-Worthington

Horse Behaviour in Relation to Management and Training (1983)

Reprinted 1999, translated into German, Italian, French and Dutch (in process), (available from the publisher & author, paper back £10.90).

This was the first book on horse behaviour written by a scientist who had studied the behaviour of horses, and outlines the fundamentals of their physiology, perception, social organization, communication, breeding etc.
It also covers how learning works and discusses whether current horse management maximizes their welfare. It has been perhaps the most influential book in the recent change of attitudes concerning horses management and training.

Equine Welfare (1998)

J.A.Allen, (available from the author £10.00 hard back). This book is the first book about a single species which examines all the current arguments concerning animal welfare science, and applies them to whether what we do with our horses and how we keep them complies with maximizing their welfare. It includes a review of whether we should or should not compete in the many ways we do with equines, (combine training, jumping, racing, endurance etc) and covers what are the major welfare questions surrounding less well known subjects such as working donkeys (the most numerous working animal to day), zebras, working horses on the farm and travelling with them. It examines all the arguments thoroughly from both sides, and concludes that we can do all these things with equines and still provide a life of quality for them, but some things need to change if we are seriously interested in their welfare.

Equine Education (2003)

Whittet books, (available from the publisher hardback £17.50). This book shows how what we know about the being of a horse (covered in Horse Watch) should be put into practice when teaching equines.

It covers needs of the horse and how to keep them so these are fulfilled, learning theory, handling young and old, first riding, more advanced riding, jumping, long distance, travelling and living with equines and many more subjects. It is full of simple useful and effective tested methods and ideas.

Horse Watch (2005)

What is it to be a Horse, J. A. Allen large hardback with colour illustrations, (available from publisher @ £25, from author @ £21). This is perhaps the most important book about a single species and how they experience the world that has so far been published. In simple language understandable by any horse lover who can read, it reviews all the current ideas from many disciplines including cognitive science about how we can begin to know what the mental abilities of equines really are, and where they are similar or different from humans so we can begin to understand each individuals point of view. It give a host of examples and much new empirical results of the authors and others recent research. Although this is a controversial subject, the author, uniquely among writers to date, is not only a scientist and scholar, but is a professional instructor, breeder and international competitor. As a result, this book combines all information from scholars as well as from knowledge about horses from those who have daily experiences with them professionally. The message is that there are ways in which we can learn to better understand these animals, but we must be seriously aware of faulty preconceptions.

If you would like to purchase any of these books please email

samedi 3 janvier 2009

Contact & Adresse

    L'adresse du Centre :

    Centre de Eco/Etho Recherche & Education
    La Combe
    Bezaudun sur Bine
    26460 Drome

    Nous contacter :

    Tel : +33(0)4 75 53 20 27

    Comment vous rendre au Centre:

    En avion

Les aéroports les plus proches sont Grenoble, Lyon et Lyon St Exupéry, tous à 2h, 2h30 de route de la ferme.

En train

Valence Ville et Valence TGV sont à 1h de route de la ferme. Depuis Londres, changer à Lille ou Paris en direction de Valence.

En voiture

Par l' A7 qui va de Lyon à Orange, prendre la D104, sortie 16 direction Crest. A Crest continuer tout droit sur la D104, qui devient la D93 vers Saillans où vous prenez à droite la D156.
Suivez cette route sur 12 km en montant, jusqu'au col, ensuite la route descend et après 500m vous verrez un panneau indiquant la Combe, et une piste à droite.
Passez le portail vert et suivez le chemin descendant jusqu'à la ferme.

Le projet africain

Objectif : Intégrer l’agriculture dans le milieu naturel africain par la création d’exploitations agricoles écologiques.

Depuis 35 ans, nous nous efforçons, de trouver un moyen d’aider les femmes africaines du milieu rural à conquérir une certaine qualité de vie, tout en leur permettant de rester politiquement indépendantes. Nous visons également à intégrer l’agriculture et l’élevage dans des réserves naturelles.

Ainsi nous avons développé un concept d’Agriculture Ecologique entièrement basé sur le respect de l’écosystème, à savoir :

« Une agriculture autarcique, diversifiée, à haut rendement net, économiquement viable, n’ayant pas d’effets irréversibles sur l’environnement. La totalité de l’exploitation serait incorporée dans une réserve naturelle, sans conséquences irréversibles du point de vue social, éthique et politique. » (Kiley-Worthington. Ecological Agriculture. Food First Farming. 1993)

Nous avons contribué, en tant que conseillers, à la création et/ou à la gestion de cinq fermes de ce type au Kenya, au Malawi, en Uganda et au Zimbabwe. Notre centre est actuellement en train de réaliser une réserve naturelle en France et d’en programmer une autre en Afrique.

Projet pilote d’une ferme écologique et d’un Centre de Recherche et de Formation en Afrique.

Bien que l’Afrique soit un continent très vaste, la croissance démographique et l’exploitation massive des ressources naturelles ont sensiblement réduit le nombre de terres cultivables.

On assiste ainsi à de gros conflits d’intérêt entre ceux qui protégent la nature et ceux qui recherchent des terres agricoles. Les populations locales, majoritairement rurales, considèrent la protection de l’environnement plutôt comme une nuisance, dans la mesure où ils n’en tirent aucun bénéfice matériel.

Par ailleurs, un facteur culturel majeur joue contre l’environnement : l’engouement des femmes pour la terre arable, unique source sure de nourriture, à cause du grand manque de travail et de l’absence d’un revenu minimum garanti par les gouvernements locaux.

A ce jour, les tentatives visant à endiguer la protestation des populations rurales se résument à verser à ces dernières une partie des gains issus des réserves (tourisme, chasse). Mais ce système - qui amène ces ethnies à rentrer, malgré elles, dans une économie consumériste - a donné des résultats assez inégaux.

Certes, il est improbable que l’on puisse trouver une solution miracle à ce conflit pour tout le continent africain; néanmoins, il y a un besoin urgent d’idées nouvelles.

Faute d’intégration du milieu naturel dans le monde agricole, la majorité de la flore et de la faune (tout particulièrement les grands animaux) locales, disparaîtront bientôt (en moins de vingt ans) ou seront confinées dans des grands « musées vivants ».

L’Eco Research & Educational Center a trouvé une solution (qui n’est certainement pas la seule) à ce grave problème : la création de petites exploitations agricoles autarchiques, nécessitant de petits investissements d’argent tout en étant économiquement viables. De plus, ce système contribue à améliorer la condition féminine dans ces pays.

Au cours des derniers trente ans, nous avons mis au point des techniques appropriés auxquelles nous initions des élèves venus du monde entier. Celles-ci adaptent les connaissances scientifiques modernes aux pratiques et à la culture des communautés locales (voir Ecological Agriculture, Food First Farming 1993, Souvenir Press, London ).

Ce type d’exploitations peut atteindre un rendement net très élevé et, à petite échelle, comparé au système actuellement en vigueur, il produit davantage avec moins de moyens. Les femmes, en outre, retrouveront le rôle qu’elles affectionnent, celui de nourrir leur famille.

Depuis 18 ans, l’Eco Research Center délivre un diplôme aux élèves du monde entier (pour l’Afrique : Kenya, Uganda, Zambie, Zimbabwe). Le programme prévoit la mise en place, ainsi qu’un suivi régulier, d’une ferme pilote dans le pays d’origine des néo-diplômés.

Nous mettons tout particulièrement l’accent sur les animaux de ferme qui ne doivent en aucun cas endurer de mauvais traitements. Après avoir mené des expériences avec plusieurs types d’installations, nous avons mis au point un système d’élevage non-intensif, rentable, autarchique, où les animaux domestiques bénéficient d’une bonne qualité de vie (voir Kiley-Worthington & Randle 1999 ).

Les grands animaux s’échappent assez régulièrement des réserves ou des parcs naturels qui jouxtent les petites exploitations agricoles où ils causent beaucoup de dégâts. Ces incidents amènent les villageois à souhaiter la disparition de ces « pilleurs ». Cette élimination en effet leur permettrait de récupérer des terres et, par la même occasion, les débarrasserait d’un danger constant (ex. : éléphants à Laikipia , Kenya).

Or, si l’on domestique des éléphants, des zèbres et des buffles, par exemple, et si on leur enseigne à aider l’homme dans l’accomplissement de tâches lourdes, on intègre le milieu sauvage dans le monde civilisé, ce qui réglera probablement ce conflit, du moins dans certains pays.

Ces animaux peuvent être utiles dans le travail agricole, dans le transport, etc. Ils constituent également une source de matières premières, comme le lait (ex : élans et buffles), les fibres, l’engrais, etc., et ceci sans aucun danger pour leur intégrité.

Les populations locales ont déjà pu constater les qualités des éléphants, par exemple, qui peuvent labourer 1 ha par jour, soit 4 fois plus qu’un bovin. De plus, le contact quotidien permet à ces ethnies d’apprendre à connaître ces animaux en tant qu’êtres dotés d’émotions (valeur intrinsèque) et de les apprécier en tant qu’élément irremplaçable de leur patrimoine culturel. Ainsi, ces grands mammifères, traditionnellement non-domestiques, deviendront les meilleurs ambassadeurs de la vie sauvage auprès des électeurs, effaçant d’emblée leur image d’attraction futile pour touristes.

Objectifs de l’Eco/Etho Research Centre en Afrique

La semi-domestication et la formation d’élans, de buffles et d’éléphants africains, ont déjà été tentées à diverses époques avec des résultats inégaux.

La méthode utilisée par notre centre de recherche, au cours des dix dernières années, est fondée sur une étude scientifique approfondie de la psychologie de l’éducation animale. Notre but est d’offrir une bonne qualité de vie aux animaux semi-domestiqués, tout en garantissant une sécurité totale aux humains qui les utilisent (voir liste des publications).

Ce que nous appelons entraînement coopératif exclut la brutalité sous toutes ces formes. C’est avec ces méthodes que nous avons enseigné aux buffles à tirer la charrue ; aux éléphants le débardage ou à travailler dans la construction des routes ; aux zèbres, élans, buffles et éléphants à être attelés pour le transport de marchandises ou de personnes (Kiley-Worthington 1997).

Cette expérience a été une réussite totale (voir vidéo). Notre prochain objectif est d’intégrer des fermes écologiques dans les réserves naturelles, pour :

  1. Aider les populations locales à gagner leur autonomie, en leur assurant des ressources alimentaires régulières ;
  2. Démontrer que ce système est compatible avec la protection du milieu sauvage ;
  3. Convaincre les communautés locales de l’intérêt que revêt le patrimoine naturel et les amener à cohabiter avec les grands animaux, en formant ces derniers pour des tâches utiles à leur société.

La ferme écologique devra produire la nourriture pour les humains et les animaux vivant sur place, ainsi que les matériaux de construction (pour logements, enclos, salles d’études et laboratoires).

L’ensemble des installations devra respecter l’architecture traditionnelle locale.

L’énergie sera issue de sources renouvelables créées avec des technologies à coût réduit (bois, vent, soleil, eau, animaux et humains).

Les sources hydriques, si elles sont inexistantes, devront également être créées sur place, avec un maximum d’économie (stockage d’eau de pluie, recyclage d’eaux usagées pour l’irrigation, WC sans eau). La présence d’un collecteur d’ordures permettra de collecter l’eau sale pour la recycler, les matières organiques pour le compost, ainsi que d’autres déchets pour la fabrication d’ustensiles simples, en plastique recyclée par exemple.

Les denrées principales produites par la ferme biologique seront : blé, maïs, laitages (crème fraîche, fromages, yaourts), œufs et viande (en petites quantités).

La matière première issue de ces exploitations servira également pour la manufacture de produits artisanaux, que l’on fabriquera dans de petits ateliers (objets en bois, textiles à partir de fibres animales, paniers en osier - provenant de la végétation environnante -, poterie - si l’argile se trouve sur place).

Il est prévu en outre de mener une étude sur les propriétés médicinalesdes plantes indigènes, qui seront cueillies et élaborées sur place.

Lorsque tous les besoins des habitants de la ferme seront satisfaits, les produits excédentaires seront vendus sur le marché local.


Agriculteurs biologiques montrant la hauteur de leur maïs !

Le parc naturel entourera l’exploitation agricole et occupera toutes les terres restantes. Il accueillera la faune et la flore locales, ainsi que de petits élevages d’espèces indigènes, dont les grands herbivores (élans, éléphants, buffles, beaucoup d’espèces d’antilopes, zèbres et, si possible, rhinocéros). Tous ces animaux seront habitués à la présence de l’homme et certains d’entre eux seront formés au travail selon la méthode d’enseignement mise au point par le centre expérimental.


Eléphants montés utilisés pour mener des recherches en milieu naturel.

L’exploitation agricole et le parc naturel seront également un centre d’enseignement. Les cours s’adresseront principalement à la population locale, mais ils seront ouverts aux étudiants étrangers qui devront, eux, verser une cotisation servant à financer l’enseignement gratuit.

La formation aura une durée de 18 mois, au terme desquels, nous délivrerons, comme nous l’avons toujours fait, un diplôme en agriculture écologique pratique et théorique, internationalement reconnu. Le programme comprendra des cours d’écologie, d’approche des animaux sauvages, de protection de l’environnement et de philosophie environnementale.

Le centre organisera aussi des cours spécifiques de maniement et d’entraînement des grands animaux. Cet enseignement vise à garantir la sécurité des personnes, à créer une relation enseignant/élève basée sur la coopération et à offrir une bonne qualité de vie aux animaux.

Ce concept a déjà été appliqué au Zimbabwe avec d’excellents résultats (éléphants et buffles dans le safari parc d’Imire ; les buffles dans le Centre Vétérinaire National).

Ces cours intéresseront les professionnels du cirque et des parcs zoologiques, les gardes forestiers, ainsi que les étudiants autochtones.

Des stages payants de 1 à 14 jours seront organisés à l’intention des étrangers originaires des pays développés. Les gains seront reversés au centre de formation.

Les étudiants, autochtones et étrangers, pourront être logés sur place.


Un éléphant africain apprend à tirer la charrue

La recherche sera orientée vers les domaines que nous avons toujours étudiés : l’agriculture écologique, l’écologie, le bien-être animal, la cognition des grands mammifères, l’activité mentale des équidés, la philosophie environnementale, la psychologie de l’éducation animale.

Des chercheurs de tous les pays seront invités à séjourner dans le centre qui poursuivra ses publications scientifiques.

Des installations sont prévues pour loger les visiteurs et pour mener des recherches.

Ce projet représentera, pour les chercheurs et les étudiants, une occasion unique de vivre au quotidien avec des animaux que l’on observe généralement de loin.

Les étudiants, le personnel et les visiteurs représenteront un bel exemple de cohabitation et de coopération entre cultures différentes.

Nous nous chargerons de former les autochtones à gérer leur propre centre en toute autonomie.

Un système de bourses sera mis en place pour sponsoriser les artistes locaux (poètes, peintres, sculpteurs, metteurs en scène, écrivains, photographes, danseurs), afin de les encourager à représenter leur propre approche du milieu naturel.

IMAGE : premiers contacts avec un zèbre nouvellement capturé au Safari parc d’Imire, Zimbabwe.

Situation géographique. L’endroit où sera fondé ce centre est actuellement encore à fixer. Il est important que ce projet soit conforme aux souhaits du gouvernement local et qu’il obtienne l’assentiment total de la population.

Nous sommes en train d’envoyer ce projet à plusieurs chefs d’état, ainsi qu’à des particuliers susceptibles d’être intéressés. Le centre pourrait être installé dans un parc naturel qui peut être soit gouvernemental soit privé. Toute personne intéressée à ce projet est priée de nous contacter par e-mail.

Notre expérience. (voir CV et liste des publications). Nous avons une longue expérience d’enseignement à des publics cosmopolites (GB, Suède, Allemagne, Hollande, Belgique, Inde, USA, Australie, Nouvelle Zélande, Kenya, Malawi, Afrique du Sud, Tanzanie, Uganda, Zambie, Zimbabwe). Les domaines de notre compétence sont :

  1. fermes écologiques autarchiques, construction avec matériaux locaux, développement d’énergies renouvelables, horticulture biologique, gestion des forêts, des pâturages et des surfaces arables.
  2. psychologie de l’éducation animale, approche et travail avec les animaux sauvages et domestiques.
  3. gestion de la sauvegarde du milieu sauvage et des centres de recherche

Financement et budget. Une fois que les terres seront allouées, par un contrat à long terme, le développement du projet nécessitera des fonds, de l’énergie et des connaissances. Un financement plus important au départ accélèrera incontestablement le développement du centre.

Ce projet est dédié à la mémoire du Dr E.B. Worthington et de Stella Johnson, l’un membre fondateur de l’IUCN et de l’écologie humaine, l’autre fermière et musicienne renommée.

Le projet doit être soutenu à la fois par le gouvernement central et par les autorités locales. La donation (ou autre forme de location avantageuse) des terres est indispensable pour que le projet puisse être réalisé.

Il faut prévoir des financements supplémentaires, indispensables pour la réintroduction des espèces disparues.

Ce projet suscite l’intérêt général sur le plan international, notamment de la part des médias, par conséquent il y a de fortes chances pour qu’il soit bien médiatisé, ce qui facilitera la collecte de fonds.

Ce projet est, dans un sens, un modèle pour les peuples démunis qui pourront concilier l’agriculture avec la protection de leur environnement. Il permettra de développer les ressources locales à un rythme adapté à chaque pays.

Au départ, il faudra donner la priorité à la formation et à la recherche. Une fois que le site aura été choisi, le centre pourra demander le statut d’association à but non-lucratif.

Pour apporter votre aide à ce projet, sous quelque forme que ce soit, prière de nous contacter par e-mail :

Un éléphanteau orphelin apprend à monter dans un camion.

Conseil en Ferme écologique et en gestion de la Vie Sauvage

Le centre propose un service consultatif pour ceux qui souhaitent de l'aide pour installer ou faire évoluer leur système de culture en l'agriculture écologique auto-entretenue, une agriculture auto-entretenue et diversifiée qui augmente la production nette, est économiquement viable, où la protection des animaux, les considérations esthétiques et l'intégration de la faune avec la production de nourriture sont de grande importance, et qui ne cause aucun changement environnemental irréversible à long terme.

Le centre fonctionne pour les gouvernements, l'Onu, l'union européenne, O.n.g.s, parcs nationaux, réservations de nature privées, tous les deux grands et petits propriétaires de ferme, paysans, et possessions d'horticulture dans beaucoup de régions du monde dans beaucoup de pays (par exemple France, Allemagne, Hollande, Belgique, Danemark, Suède, R-U, Espagne, Suisse, Asabijan, Etats-Unis, Canada, Inde, Australie, Nouvelle-Zélande, Kenya, Maroc, Ouganda, Tanzanie, Afrique du Sud, Botswana, Leswoto, Souaziland, Zimbabwe, Japon, Zambie, Malawi, Inde), avec des fermes (animal et récoltes), réservations de nature, sylviculture, entreprises horticoles, production d'énergie alternative, animaux de trait, conception de paysage, construisant des matériaux locaux.

Le directeur est le Dr. M.Kiley-Worthington, conseiller de chef qui a 30 ans d'expérience pratique théorique et intervient en tant que conseiller agricole.
Les expertises de C.c. Rendle sont : technologie, maréchalerie, conception et fabrication appropriée d'instruments de ferme, gestion et enseignement animal, bâtiment

Pour davantage d'informations, envoyez-nous un email avec les détails de votre projet :


M.Kiley-Worthington. Liste de publications principales.

(les livres sont indiqués en gras, et soulignés)

1965 Distribution spatiale et comportement sexuel du Waterbuck ( defassa de Kobus et K.ellipsiprimnus ) dedans L'Afrique de l'Est . Mammalia 29 199-204.

1966 Une recherche préliminaire sur les habitudes d'alimentation du Waterbuck dedans L'Afrique de l'Est par analyse fécale . Afric Est . Widlife J. 4. 153-157.

1969 Quelques affichages des canids, des felids et des ungulates l'accent étant mis plus particulièrement sur leur causation . Thèse de D.Phil. Université de Le Sussex.

1972 La vocalisation des ungulates. Fourrure Tierpsychol de Zeit . 31, 171-222.

1973 Les problèmes comportementaux des animaux agricoles. Abst. 3ème Conférence Animale De Production Du Monde. Melbourne, L'Australie.

1974 Les problèmes comportementaux des ungulates sauvages et domestiques concernant le pâturage et le encombrement. dans le comportement of les ungulates et sa relation à la gestion . ED. V.Geist Et F. Walther. IUCN. Genève. 603-617. b. Les problèmes comportementaux des porcs. Porc Gardant L'August.

1976 Les mouvements de queue des ungulates, des canids et des felids l'accent étant mis plus particulièrement sur leur causation et utilisation en tant qu'affichages. Behav . LVI. 69-115.

b. Les avantages et les inconvénients de la castration des animaux de ferme, l'accent étant mis plus particulièrement sur le comportement. Br. Vétérinaire. J . 132,323-331.

c. Stimulation et adoption chez des vaches de boucherie. Club D'Éleveurs De Bétail De Brit . Sommaire 31. 42-55.

1977. Que peut alimenter l'agriculture du monde, chimique ou biologique? Périodes Financières. problème de b.The de la vache à 50 tonnes. Périodes Financières . c. Les problèmes comportementaux des animaux de ferme. Pression d'Oriel. 120pp

1978. Les visualisations de l'eland. Behav . Lxv1.179-222.
L'organisation sociale d'un petit troupeau d'eland captif, d'oryx et d'antilope roan. Behav . Différentes différences de Lxv1.32-40.
c. dans un petit troupeau d'eland cpative, d'oryx et d'antilope roan l'accent étant mis plus particulièrement sur des profils de personnalité. Behav. Lxv1.44-55.
d. La viabilité de l'agriculture écologique. Abst. Brit Ecol Soc . Le Pays de Gales. e. Étude dans des bétail de journal intime à l'aide d'un dispositif pour gestion économique du comportement. APPL Anim. Ethol. 4. 119-124 (avec P.Savage).

1980. Les problèmes de l'agriculture moderne. Politique Alimentaire . Aug.208-215.

1981 . L'agriculture écologique, ce qu'elle est et comment elle marche. Agric Et Environnement . 6. 249-281.

1983 . a. Le comportement des bétail de suckler de boeuf ( Taureau de Bos ). Verlag Birkhauser. Bâle. pp195 (avec la plaine de La de le comportement de b.The d'confiné met bas augmenté pour le veau. Ces animaux sont-ils affligés? Problèmes Internes D'Animal De J.Study 4. 198-213. c. Stéréotypes chez les chevaux. Équin Pratiquez Le 5. 34-40.

1984. Langue Animale? Communication vocale de quelques ungulates, canids et felids. Proc. Int. Thereological Congress . Helskinki. ED. E.Erkinars.83-88.

1985 . Communication chez les chevaux. Ont-ils la langue? Int. Ethological Congress . Toulouse. abst 89.

1986 . agriculture d'a.Ecological. Une étude de cas d'une ferme écologique dans le sud de l'Angleterre. Biol. Agric Et Hort . 2. 101-133 (avec C.C.Rendle).

b. Agriculture de bétail dans l'agriculture organique. en Int. Federation de colloque agricole organique de mouvements . Kassel. L'Allemagne.

1987 . a. Le comportement des chevaux par rapport à la gestion et à la formation . J.A.Allen.London. pp205, réimprimé 1998. comportement de b.Stereotypic dans la thérapie courante dans la médecine équine. ED. N.E.Robinson. W.D.Saunders.Boston. 131-134 (avec D.Wood-Gush). c. projet de ruimghigha. Une ferme écologique dans un secteur marginal. Développement J Des Communautés . 22,208-218.

1989 . Environnements éthologiques et écologiquement et moralement sains pour des animaux. J. Éthique D'Agric . 2,232-247.

1990. a. médecine équine de Preventitive. J. Médecine Équine . 9. 241-248.b. Animaux dans les cirques et les zoos. Le Monde De Chiron? Publication de ferme d'Eco. Basildon. pp250.c. La formation des animaux de cirque. UFAW Animal De Colloque De Formation. Comportement équin de la barre 65-83.d. de potiers, ce que nous devons savoir pour travailler des equines. Ist Colloquim interne sur travailler Equines . Edimbourg.

1991 . a. Agriculture écologique dans un secteur marginal. Biol Agric Et Hort . 7. 221-245. b. Protection des animaux. Vers la symbiose pour le 21ème siècle? Papier Plénier Invité. Le Congrès Éthologique International. Kyoto. Abst. 39,

1992 a. Agriculture Écologique. Nourriture Cultivant D'abord . Pression de souvenir. Londres pp250. b. Critique de Dawkins "du point de vue d'un animal". 8. 121-122 De Br Et De Behav Sci. c. Manipulant et animaux de zoo d'enseignement. Nouvelles D'Int.Zoo . 40/2,14-23.

1994 . L'esprit équin. Abst. En second lieu Int. Colloquium sur travailler Equines . Rabat.Morocco. 112-132.

1995. a. Le futur de l'industrie laitière. Pouvons-nous surmonter les problèmes environnementaux, éthologiques et moraux? Si tellement comment? Troisième Conférence Internationale De Logement De Laiterie . Orlando. La Floride. 524-532. b. Problèmes d'agricultures et solutions de rechange possibles. Agriculture Écologique, Nourriture Premier Prise de décision et agriculture. Le rôle de l'éthique . ED. Urnes de K.B.Besley, de S., M.Campbell et P.Sanger. p 117-147.

c. Observations préliminaires sur la gestion de comportement et de nutiritional de pâturage du guanaco à une ferme écologique au Devon. dans le réseau fin européen de fibre . 9. 99-107.

1996 a (avec C.C.Rendle.). Animal manipulant et psychologie éducative animale. Centre De Recherches D'Eco 9. 1-25. b. (avec H.Randle). Implictions de gestion semi-intensive sur la multiplication de Rhino noir (bicornis de Diceros). ABS. Ethol Interne De Soc. Applied. Recherche Cent.10.(with H. Randle).c D'Eco. Le futur développement des systèmes d'agriculture de camelid. Réseau Fin Européen De Fibre . 5. 131-138. d. La future importance de l'éthologie dans des systèmes d'agriculture biologique. Colloque Interne De Mouvements D'Agriculture Biologique De Fédération. Copenhague.

e.(with H.Randle). Premières étapes en psychologie éducative animale comparative. Int..Soc.Compar.Psycho l. Montréal. Le Canada. Cent De Recherches DEco. 13. 1-25.

1997 . a. Conservation d'intégration et production agricole: la manière en avant? Sommet D'Eco. Copenhague. J.Environm. Santé 10. 235-248.

b. (avec S.E.G.Lea) peuvent les mystères non résolus de think?in d'animaux de l'esprit . ED. V.Bruce. Erlbaum. 211-240

c. Communication chez les chevaux. Concurrence ou coopération? Cent De Recherches D'Eco . 17, 1-28. d. Conservation de faune, production de nourriture et "développement": peuvent-ils avoir des rapports symbiotiques? Si tellement comment? Philosophie de Jacobsen de conférence d'environnement. Harare. Le Zimbabwe. J. 6. Environnemental 455-70 De Valeurs. e. Concurrence ou coopération? L'organisation sociale d'un petit troupeau de chevaux. Recherche Cent.17 D'Eco. f. Arguments pour des zoos. Int. Zoo News . Août. 25-35.

1998. Agriculture écologique et protection des animaux améliorée pour le développement dans l'adresse d'agriculture de Womens pour le prix de base de sommet du monde de Womens pour Creativy dans la vie rurale.

1999 a. Les critères pour Ethologically et écologiquement boeuf augmenté. 16.369-380 d'agriculture de biol (avec H. Randle). caractères pratiques de The de b (avec H.Randle) et sciences économiques double boeuf allaité d'ethologically et ethologically augmenté. Agriculture 16 De Biol. 381-393. c. Bien-être Équin. J.A.Allen. Londres. rapports sociaux de 205pp. d. dans un petit troupeau d'éléphants africains ( africana de Loxodonta ) Soc Interne Ethol Appliqué. Prague. Centre 24 de recherches d'Eco (avec H. Randle).e. Psychologie de l'education et equides aux. de relatifs de concept de bien-etre. Colloque de l'equitation, le cheval et l'ethologie . Saumur. 59-84.

2000. Droit devant votre esprit. Epistemology équin et éléphantesque . Thèse de M.Phil, Philosophie Université Lancaster.

2001 . Commentaire sur la culture dans les dauphins. dans le Br et le Behav Sci. 15. 341-342.

2004 équin Lore (en cours d'impression) ( J.A.Allen 450pp). La pression équine de l'éducation I n) Whittet réserve. L'elephant, le cheval et l'homme . Zulma.Paris (en cours d'impression 200pp). Droit devant votre esprit, éléphant et lore équin. (en préparation pour le cerveau et le Sci, le 200pp comportementaux)

La radio interviewe nombreux. Service de BBC.World 30 minutes programme. 1998.

Films minimum de TV 30: Amis Captifs. ITV Et Manche 4. 1990. Ferme Fantasia. La Manche 4 et BBC.2. 1995 et 96. Femmes De Great Western. Pays Occidental TV 1997. Formation d'éléphant. Dimanche Chronomètre Le Magasin. 1995.

Autre Occasionnel Papiers De Recherches, De Centre De Recherches D'Eco Et D'Éducation. Copiez ISSN droit 1367-2045

Dans 1994 le centre de recherches d'Eco a été fondé à peu de ferme d'Eco de cendre. La recherche est effectuée sur la ferme et mondial, un deuxième centre actuellement est établi dedans Le Zimbabwe. Le centre de recherches se spécialise chez la psychologie animale de comportement et de recherches d'assistance sociale (en particulier les systèmes améliorés d'agriculture et la connaissance animale et éducatif, l'écologie, l'agriculture écologique et le développement). Il a des liens étroits avec des universités d'Exeter et de Plymouth, entre d'autres, et offre des cours et la surveillance pour des étudiants à tous les niveaux.

1993. 3. C. C. Rendle . Concevoir, faire et employer appropriez-vous le harnais équin et les instruments pour la petite ferme. ( l'abstrait a présenté à Le deuxième colloque international sur travailler Equines, Rabat , Le Maroc . ) 4. H. D. Randle . Variation individuelle du comportement de bovin. ( l'abstrait a présenté à ISAE94, Foulum , Le Danemark , p15 ).

1995 6. H. D. Randle . Les bétail peuvent-ils penser? ( abstrait pour ISAE95, Exeter , LE Royaume-Uni. , pp17-18) [ £0.30 + affranchissement ]

1996 . 14, H. D. Randle . Psychologie et comportement animaux. Un chapitre pour Commemoration de société cinquantième de champ d'île de Lundy.

1998. 21. M.Kiley-Worthington . L'utilisation de la voix dans l'enseignement de cheval. Cheval et cavalier. 22. M.Kiley-Worthington . 6 articles sur l'esprit du cheval. Cheval Et Cavalier. également articles dans l'Australien, La Belgique, Français ( Cheval, Cheval Pratique ), Zimbabwean, Magasins Sud-africains.

1999. . M.Kiley-Worthington. Le Comportement des Cheveaux. Zulma. Bordeaux.(145F + p&p) H.D.Randle et M.Kiley-Worthington. Relations sociales dans un petit groupe d'éléphants africains ( africana de Loxodonta ). résumé. ISAE Proc. Prague. Papier occasionnel de centre de recherches d'Eco. M.Kiley-Worthington. Agriculture écologique et protection des animaux améliorée pour le développement agricole. Adresse pour le monde du Womens Sommet Base une fois attribué un prix pour la créativité dans la vie rurale. Les Nations Unies. Genève.

CV de Marthe Kiley-Worthington

L'équipe du Centre

Marthe Kiley-Worthington

possède un B.Sc en zoologie, un D.Phil en éthologie et un M.Phil en philosophie de la conscience. Elle est Instructrice Accréditée de la British Horse Society A1 (1971), A2 (1978, à part le saut d’obstacles)). Elle passa son enfance au Kenya à la ferme, entra à l'université en Ecosse, puis revint en Afrique de l’Est à l’Université de Makerere, Kampala, Ouganda où elle fut une des premières chercheuses à étudier le comportement des grands mammifères à l’état sauvage en Afrique en tant que boursière Goldsmith. Elle retourna ensuite au Royaume-Uni pour faire un doctorat sur la communication chez les grands mammifères, aussi bien domestiqués que sauvages, à l’Université du Sussex. Elle gagna une bourse pour faire des études post-doctorales afin d’étudier les problèmes de santé animale des animaux de ferme, et développa un ethogram pour les bovidés, puis elle est rentra en Afrique, L'Afrique du Sud cette fois, pour étudier l’éland et le blesbok tandis qu'elle enseignait à l’Université de Prétoria. En 1973, elle établit sa première ferme écologique expérimentale et son premier élevage équidé tandis qu’elle poursuivait sa recherche détaillée sur le comportement des bovidés et des équidés. Dix ans plus tard, elle se déplaça sur l’Université d’Edimbourg (Chercheuse Honorifique), tout en transferrant sa recherche éthologique et écologique sur une ferme de l'île de Mull dans les Hébrides Ecossaises. En 1989, sa troisième ferme fut établie dans le Parc national de Dartmoor dans le Devon pour examiner comment intégrer la production de nourriture et la conservation de la faune et la flore. Elle fut élue Chercheuse Honorifique à l’Université d’Exeter (1990- 2003). Sa recherche sur la connaissance animale et l’amélioration de l’enseignement des animaux et des humains qui les utilisent commença en 1992 et continue à ce jour, appliquée aux mammifères domestiqués, et aux mammifères africains, en particulier les éléphants, le rhinoceros et le buffle au Zimbabwe au début et maintenant au Bostwana. En 1998, elle gagna le “Prix pour la créativité dans la vie rurale” du Womens World Summit Foundation à l’ONU pour son travail avec les femmes agriculturistes, et fut choisie comme Chercheuse Brenda Ryan à l'Université de Cambridge, Girton College en 2002. Elle est Conseillère en agriculture écologique et en comportement et bien-être animal depuis 1970, et elle enseigne et offre un entraînement international d’équitation au niveau Grand Prix.

Curriculum vitae académique détaillé.

Christopher C. Rendle.

possède un B.Sc. en technologie. Il est Maréchal-ferrant accrédité, FRC. Né en Cornouailles en 1952, après la fin de son éducation secondaire, il entra à l’Université de Londres pour étudier la technologie. Il choisi ensuite d’entreprendre le service volontaire d’outre-mer et enseigna au Ghana pendant 2 ans. De retour au Royaume-Uni il travailla sur des fermes en Cornouailles. Il se joigni à Marthe sur la ferme écologique de Milton Court au Sussex, et termina son diplôme d’Agriculture Ecologique en 1978. Il géra le développement des fermes écologiques successivement à Milton Court au Sussex, sur l’île de Mull à Druimghigha, à Little Ash dans le Devon, et maintenant à La Combe, Bézaudun sur Bîne dans la Drôme, en France. Son expertise couvre particulièrement l'affermage pratique, l’élevage du bétail (moutons, chevaux, porcs, volaille, camélides) et la gestion des terres arables ; la conception et la construction ainsi que l’entretien et l’utilisation de systèmes d'énergie alternative, de machinerie agricole moderne ou adaptée à l’animal de trait, utilisant les matériaux disponibles localement; le soin et l’enseignement des animaux. Il est maréchal-ferrant, spécialisé en biomécanique et le ferrage équilibré au naturel, et il monte les chevaux de Druimghigha en compétition internationale de fond ainsi que celle des courses de turf.

Les associés non résidents incluent: Dr. H.Randle, Ressources naturelles De Conférencier Aîné, Université de Plymouth


Le Centre de recherche et d'éducation Eco/Ethologique à La Combe, Drome, France est une extension du centre de Recherche en Agriculture écologique établi en 1996 à Little Ash Eco-Farm, Devon, Royaume-Uni. Il s'est relocalisé en France en décembre 2003, pour aménager et gérer une ferme experimentale de démonstration écologique et de conservation de l'espace naturel dans les montagnes des pré-Alpes. Nous sommes engagés depuis plus de quarante ans dans la démonstration pratique de la gestion agricole des terres, rentable, durable et écologiquement partie intégrale de la conservation de la nature et de sa biodiversité maximale.

Nous avons déjà développée et régénéré deux autres terres en Grande-Bretagne, dans la vallée de Cuckmere au Sussex et sur l’île de Mull dans les Hébrides Ecossaises, avant celle de Little Ash sur le massif du Dartmoor dans le Devon. La Combe est donc la cinquième ferme écologique à être développée par notre équipe de recherche.

En 2005, une Association de supporters du travail du Centre a été créée. Nous reformons actuellement cette Association.

Si cela vous intéresse, veuillez charger et remplir le Formulaire d'Introduction et d'Application et nous le renvoyer au Centre avec votre cotisation. Merci.

    Pour vous renseigner sur le Centre lui-même et son équipe de gestionnaires et enseignants, consultez les pages suivantes:

  • Le Personnel du Centre
  • Pour découvrir les recherches, l'enseignement et le travail du Centre, et pour savoir comment y participer, consultez les pages suivantes:

  • Les Chevaux
  • Le Projet Africain
  • Le Service de Conseil à l'Agriculture et à la Vie Sauvage
  • Le Service de Conseil au Comportement et au Bien-être Animal

  • Chevauchez la région des Rhone-Alpes avec Equitation Les Trois Becs et Jake Rendle-Worthington
  • Pour acheter no livres ou consulter nos articles en abstraits ou publiés dans des journaux sur le cognitif du cheval, l'équitation ou la détention, l'éthologie de mammifères ou encore l'agriculture écologique, rendez-vous sur la page:

    Comment vous rendre au Centre:

    En avion

    Les aéroports les plus proches sont Grenoble, Lyon et Lyon St Exupéry, tous à 2h, 2h30 de route de la ferme.

    En train

    Valence Ville et Valence TGV sont à 1h de route de la ferme. Depuis Londres, changer à Lille ou Paris en direction de Valence.

    En voiture

    Par l' A7 qui va de Lyon à Orange, prendre la D104, sortie 16 direction Crest. A Crest continuer tout droit sur la D104, qui devient la D93 vers Saillans où vous prenez à droite la D156.
    Suivez cette route sur 12 km en montant, jusqu'au col, ensuite la route descend et après 500m vous verrez un panneau indiquant la Combe, et une piste à droite.
    Passez le portail vert et suivez le chemin descendant jusqu'à la ferme.

    Articles plus récents Articles plus anciens Accueil